AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 how can we do to be happy ? (r)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: how can we do to be happy ? (r)   Mer 16 Juil - 16:31


" Is a space that now you hold
Show me how to fight for now
Comin' back into you once I figured it out. "

@ mirrorsjustin timberlake.
Cela devait faire trois jours à peine que tu avais revu Niels. Trois jours, qui sont passés tellement rapidement, au final. Kol est rentré hier, préférant passer une nuit de plus à l'hôtel, l'endroit étant si agréable pour rédiger l'article de son blog. A son retour, tu ne lui as pas parlé de tes retrouvailles, préférant oublier toi-même. Niels et toi c'est terminé, vous vous l'êtes dit et tu es sûre qu'à cette heure, il n'a aucun regret et court déjà dans les jupes des filles en attendant de repartir. Heureusement, le travail te prend tellement de temps que tu oublies un peu ta vie sociale, tout ce qui se passe autour de toi en ce moment. Tu embrasses ton petit-copain, file enfiler une robe et une paire de chaussure pour aller vous cherchez un Starbucks. Nouvelle après-midi à glander, à profiter du jour de congés de l'autre. Tu l'aimes, tu es bien avec lui. Tu arrives rapidement au petit café, ou tout du moins, tu changes de décision en cours de route pour prendre un Berries&Coffee, ça fait longtemps que tu n'as pas goûté à leur café traditionnel. Seulement, la file d'attente est longue. Tu prends alors le temps de cheeker tes mails, sms,.. Personne n'est au courant de tes retrouvailles avec ton ex-meilleur ami, et c'est bien mieux comme ça. Cependant, tu l'aperçois, tranquillement sur la moquette au fond à droit en train de boire un café. Avec l'ombre, son visage s’adoucit. Il ressemble ainsi plus à tes souvenirs d'adolescence, ça te brise le cœur. Vous qui étiez si proches, il était tout pour toi. Heureusement qu'il y a eu ta bande d'amis pour te faire remonter la pente, vu comment tu étais attachée à ce Niels, il te semblait à l'époque jamais ne pouvoir l'oublier. Au moment de passer commande, tu prends deux cappuccinos classiques. Ils sont servis vite, ainsi tu peux rapidement quitter les lieux. Seulement, au moment de partir rejoindre Kol, tu fais demi-tour et prend la place assise à côté de Niels. Tu ne t'en rends toi-même pas compte. Tu penses partir, mais c'est ton tard. Tu regrettes d'être ton spontanée parfois. « Yop ! Alors ça va ? » Tu lui lances un sourire tendre. Tu espères qu'il va te pardonner la manière dont tu l'a reçu la dernière fois. Dans un coin de ton cœur, tu as toujours espéré redevenir proche de lui. Boire un café et échanger les potins du jour, avec lui. Ça te manque. « T'as pu revoir un peu tout le monde ? » Malgré ta voix calme, elle se veut un peu fragile par l'angoisse d'un rejet. Vous reconstruire ne va pas être simple, tu le sais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Mer 16 Juil - 19:04


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Depuis ton retour, ton quotidien est rythmé par des gens qui te demandent sans cesse comment était ton voyage, où est-ce que tu as fui, qu'est-ce que tu as fait là-bas. Répondre à ces questions ne te gênait pas jusqu'à présent mais tu commences à en avoir marre de répéter toujours le même discours et de mentir sans cesse. Non, New York n'était pas aussi bien que tu le prétends. Et non, tu n'as pas étudié dans une excellente université qui t'aurait ouvert d'immenses opportunités comme tu la dis si bien. Et encore une fois non, New York n'est pas la ville de tous les possibles, la ville qui ne laisse tomber personne. Toi t'as failli dormir dans la rue plus d'une fois et t'as fini souvent affamé le soir en rentrant du boulot, constatant avec effroi que le frigo était entièrement vide. Mais maintenant, tout ça est fini. Tu as retrouvé ta vie normale à Albuquerque, ou presque, à un détail près. Alwyn. Elle qui t'a si gentiment accueilli l'autre jour quand tu es retourné la voir. C'était il y a trois jours et ton ancienne meilleure t'a clairement dit d'aller te faire voir et de ne pas revenir dans sa vie. Ce que tu comptes faire maintenant. Il faut que tu reconstruises ta vie sans elle maintenant et ça commence par retrouver tes vieilles habitudes et non plus les vôtres. Tu commences ton après-midi par un café et un cookie de Berries&Coffee. Tu as toujours aimé passé du temps ici, que ce soit tout seul ou accompagné d'ailleurs. Tu remues ton café un peu trop chaud à ton goût quand tu es interrompu par une voix que tu connais par cœur. « Yop ! Alors ça va ? » Alwyn. Tu es en train d'halluciner. Il y a trois jours, elle aurait pu te tirer sans remord si elle avait un pistolet entre les mains et aujourd'hui, elle te parle normalement comme si de rien était. Elle n'était pas si lunatique à l'époque. « T'as pu revoir un peu tout le monde ? » Tu ne lui réponds pas tout de suite, préférant la regarder sans véritable expression sur ton visage. Elle a beaucoup changé en trois ans. Elle semble plus sûre d'elle, plus mûre, elle est encore plus belle. Après quelques secondes, tu brises le silence. « Je crois que je – je cite – ne fais plus partie de ta vie, et maintenant tu viens me voir comme si tu m'avais pas balancé des choses horribles à la figure ? » Tu marques une pause, essayant de contrôler la colère que l'on entend dans ta voix. « Tu penses vraiment que tu vas pouvoir me taper la discute sans que je dise rien, comme si tout était normal? Et ba tu te trompes ! »




Dernière édition par Niels Conroy le Mer 16 Juil - 19:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Mer 16 Juil - 19:23

Tu étais toujours certaine que venir le voir était une mauvaise idée. Vous deviez continuer votre vie de votre côté. Mais dans un sens, tu ne pouvais faire comme si de rien n'était. Tu allais le croiser, le voir avoir d'autres filles. Retourner dans la vie de l'autre n'est sûrement pas la meilleure des idées, mais tu ne pouvais rester en froid avec la personne qui a le plus compté dans ta vie. Tu as grandi avec lui, mais surtout tu l'as aimé, plus que tout au monde et tu t'es refusée de lui avouer ce que tu ressentais pour ne pas le perdre. Tu as longtemps regretté de ne pas l'avoir fait, peut-être aurait-il accepté de rester si vous étiez ensemble.. ou du moins s'il savait que tu l'aimais. Mais on fait tous des erreurs, des erreurs qu'on regrette forcément. Vaut mieux avec des regrets que des remords, cependant, comme on dit. Il te regarde sans expression, tu hausses les sourcils en signe d'attente. T'as un bouton ? Un délire comme ça. Non, non t'as juste rien à faire ici. « Je crois que je – je cite – ne fais plus partie de ta vie, et maintenant tu viens me voir comme si tu m'avais pas balancé des choses horribles à la figure ? » Tu prends une respiration. Il n'a pas tort. Vous avez tous les deux des choses à vous reprocher. Mais si vous continuez toute votre vie comme ça, vous ne pourrez jamais être heureux, car il y aura toujours ce manque. Le revoir à relancer quelque chose, comme une sorte d'espoir. Mais t’espère quoi ? T'as une vie maintenant, tu l'as dit toi-même et il prend plaisir à te le rappeler. « Tu penses vraiment que tu vas pouvoir me taper la discute sans que je dise rien, comme si tout était normal? Et ba tu te trompes ! » Tu regardes en l'air, lâche un petit soupire. Tu n'as pas envie d'une nouvelle dispute. Pas maintenant. Tu n'arriveras jamais les idées claires devant ton copain, sinon. Tu te mords la joue intérieure, les larmes te montent déjà aux yeux. Tu contrôles vraiment rien quand tu es avec lui, c'est horrible. « Je savais pas comment réagir Niels, d'accord ? » Tu le regardes dans les yeux, la mâchoire tremblante parce que d'une seconde à l'autre tu vas te mettre à pleurer. Mais il s'en fout. Il s'en fout de toi, depuis le début. « J'avais besoin de tout lâcher.. Ça m'a tellement fait mal que tu partes comme ça.. » T'as besoin de lui, tu le sais. Tu ne peux plus l'oublier, maintenant c'est finit. Tu tournes la tête pour ne pas avoir à le regarder, parce qu'il va voir dans tes yeux ta faiblesse, parce qu'il est encore plus beau et parce que tu sais qu'il va te jeter des misères à la figure et tu n'en as pas envie. T'as juste envie qu'il te prenne dans ses bras, là tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Mer 16 Juil - 20:32


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
La dernière chose à laquelle tu t'attendais aujourd'hui était bien de revoir Alwyn. Votre dernière conversation, ou la première depuis des années, a tourné au cauchemar. Mais là c'est différent, elle est plus douce, plus calme. Elle fait comme si de rien était, comme si tu ne l'avais pas abandonné pendant trois ans. Elle a toujours été plus ou moins imprévisible, un peu comme toi, mais là, tu as définitivement du mal à la suivre. Elle semble quand même mal à l'aise à la suite de tes paroles et ça te fait souffrir de la voir comme ça. Tu commences à croire qu'elle s'en veut pour l'accueil des plus chaleureux que tu as connu il y a trois soirs de cela. « Je savais pas comment réagir Niels, d'accord ? » Tu la regardes dans les yeux, avant de les baisser. Partir a été une erreur, tu le sais aujourd'hui. En réalité, tu le savais depuis pas mal de temps, mais tu te mentais à toi même pour soulager ta conscience. Pas un jour n'a pensé sans que tu penses à Alwyn, pas un seul. Chaque soir, tu prenais cinq ou dix minutes et tu l'imaginais un peu partout, au travail, chez elle. Tu te demandais constamment si elle allait bien, si elle était heureuse. Tu savais la réponse. Elle n'était pas heureuse parce que tu n'étais pas là, comme toi tu ne l'étais pas puisqu'elle était à l'autre bout du pays. Aujourd'hui, tu assumes les conséquences de tes actes et tu sais très bien que reconstruire votre amitié prendra énormément de temps. « C'était pas une raison pour me parler comme ça. » Tu parles à nouveau avec beaucoup de froideur. Ça te demande énormément parce que là t’aimerais tout arrêter, la prendre dans tes bras et faire comme si rien de tout ça n'était arrivé. Tu évites le plus possible son regard pour qu'elle ne voit pas la tristesse dans tes yeux. A part t'avoir crier dessus et avoir marquer ta joue de l'empreinte de sa main, elle n'a rien à se reprocher. C'est toi le fautif dans l'histoire, toi et toi seul. « J'avais besoin de tout lâcher.. Ça m'a tellement fait mal que tu partes comme ça.. » Entendre ces mots te crève le cœur un peu plus. Tu t'en veux terriblement. Avec le recul, tu te rends compte que si les choses ne reviennent pas comme elles étaient avant, tu ne te le pardonneras certainement jamais. Tu as perdu la personne qui voyait ce qu'il y avait de plus beau en toi, comme ça, sur un coup de tête. Alors maintenant, faut que tu assumes. T'es tout seul alors qu'elle, elle a tout. Elle a un travail qui doit certainement lui plaire, elle a un copain dont elle semble très amoureuse, au vue des jolis photos d'eux que tu as pu apercevoir dans son appartement. Et toi, t'as rien, personne à côté de qui t'endormir le soir, personne avec qui partager ta vie. « Je.. je suis désolé.. » C'est tout ce que tu arrives à articuler. Les larmes te montent aux yeux et tu en laisses même une couler sur ta joue. Tu tournes quand même la tête un peu plus pour ne pas qu'elle te voit. « Je sais pas pourquoi j'ai fait ça.. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Mer 16 Juil - 21:23

Vous vous étiez fait la promesse de ne jamais vous séparer. Vous étiez des gamins, vous aviez quoi.. huit ans. Mais dès son départ, tu ne faisais que de te remémorer cette histoire. Toujours et encore. Tu ne veux pas le perdre, même s'il restera toute ta vie un simple ami, il t'est essentiel. C'est comme l'eau, l'air, Niels fait parti de ces éléments là. Et si tu peux te remettre de certains départs, le sien non. Dans le fond, tu ne lui en veux pas d'être parti, il voulait découvrir le monde, découvrir New York depuis tellement longtemps, il fallait qu'il le fasse. Il aurait regretter toute sa vie d'être resté à Albuquerque seulement pour ne pas te faire souffrir. Tu espères quand même que son voyage s'est bien passé, et même si ça s'est mal déroulé, tu souhaites que ça ait été une bonne épreuve pour lui. Une épreuve qui lui ai fait apprendre et découvrir des choses dont il ne se souciait pas dans le passé. Mais pour le moment, t'es là, en face de lui à réellement te demander ce que tu fous là. Il te remballe en plus. Ça se voit qu'il n'a plus envie, qu'il était venu te voir limite parce qu'on lui avait dit de le faire. S'il t'appréciait vraiment, il n'aurait pas laissé tomber l'affaire. « C'était pas une raison pour me parler comme ça. » Tu soupires. C'est vrai. « J'étais tellement énervée.. J'aurais aimé que tu t'excuses, que tu me dises que je t'ai manqué.. Tu.. » Tu t'arrêtes en plus milieu de ta phrase parce que tu n'as plus envie de parler de cette historie, ça te fait mal. T'aimerais tellement que vous vous quittiez en bons termes, si c'est le cas. T'aimerais, quand tu le croiseras, lui faire un sourire sincère, que quand on te parle de Niels, tu réagisses positivement. T'aimerais tout ça, mais tu sais que ça ne sera pas possible. Les larmes montent, toute la pression redescend, ça fait mal. « Je.. je suis désolé.. » Tu lèves la tête pour enfin le regarder, être sûr qu'il est sincère. Mais désolé de quoi ? Tu fronces les sourcils, la gorge serré. Tout est si intense, si palpitant. Tu à l'eau à la bouche, tu écoutes consciencieusement chacune de ses paroles. « Je sais pas pourquoi j'ai fait ça.. » Tu ne sais pas s'il parle de son voyage, de la façon dont vous vous êtes parlés, et au final, tu t'en moques, parce que vous acceptez enfin, de ton côté et du sien, vos erreurs, tout. Tu refoules tes larmes comme tu peux et d'une main, caresse sa joue et l'oblige à te regarder. « Vous m'avez manqué Niels Conroy. » Tu essayes de paraître sérieuse, tu lui fais un petit clin d’œil, t'essayes de détendre l’atmosphère mais c'est dur. Et toute aussi impulsive que tu l'es tu lui sautes dans les bras, une étreinte longue, un peu trop serré. Mais tu en avais tellement envie, de sentir son odeur à proximité, sa chaleur. Tu as besoin de lui, toujours et encore. « Ne me quitte plus jamais. » Et tu t'effondres, les larmes coulent et coulent, tu dois pas être très belle avec ces yeux rouges, ces hoquements de pleurs, ce maquillage couler.. Mais tu t'en moques. Tu es là, il est là, vous êtes ensembles. Et cette fois-ci, tu le laisseras pas filer, ah ça non.

_________________

Party girls don't get hurt can’t feel anything,
when will I learn I push it down, push it down.

✯ ABSENTE DU 15 AOÛT AU 28 AOÛT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Jeu 17 Juil - 16:06


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Trois ans de séparation à cause de tes stupides envies d'aventure. Tu t'en veux, vraiment et tu donnerais n'importe quoi pour retourner quelques années en arrière. Mais maintenant tu as grandi, tu as pris en maturité et tu es prêt à te racheter auprès d'Alwyn, peut-importe le prix et le temps que ça prendra. Tu lui en veux quand même pour son accueil l'autre soir, même si tu devrais pas. Ta fierté d'homme n'a toujours pas accepté la gifle monumentale que tu as reçu, même tu essaies de passer au dessus. « J'étais tellement énervée.. J'aurais aimé que tu t'excuses, que tu me dises que je t'ai manqué.. Tu.. » Tu te retournes pour la regarder dans les yeux. Ce qu'elle vient de dire, tu le pensais ce soir là et tu le penses toujours trois jours après. Oui, tu es désolé pour ton acte imprévisible et oui elle t'a manqué, plus qu'elle ne pourrait l'imaginer. Maintenant que tu es de retour à Albuquerque, si les choses tournent mal aujourd'hui, tu devras te faire à l'idée qu'Alwyn ne sera qu'une simple étrangère parmi tant d'autres. Que quand tu la croiseras dans la rue, tu te contenteras de lui faire un sourire poli au lieu de lui sauter dans les bras comme vous le faisiez avant. Vous prendrez certainement des nouvelles de l'autre une fois par an et ça s'arrêtera là. Ces pensées te blessent et tu essayes de les chasser de ton esprit. Une part de toi s'en voudra toujours de lui avoir fait ça. Tu tournes à nouveau les yeux vers dans la direction opposée et t'excuses enfin, chose qu'Alwyn attendait depuis longtemps. Elle te caresse la joue et t'oblige à la regarder. « Vous m'avez manqué Niels Conroy. » Tu souris. « Vous m'avez manqué aussi Alwyn Fitch ! » Contre toute attente, Alwyn se jette dans tes bras et s'y loge. Tu caresses ses cheveux timidement, comme si c'était interdit. « Ne me quitte plus jamais. » Tu sens ses larmes rouler sur toi et tu lui embrasses le crâne. « Plus jamais, je te le promets.. » Ca y'est, le moment tant attendu est là. Tu respires son odeur, la serre un peu fort dans tes bras. Non, tu ne la laisserais plus jamais, ça vous a fait trop de mal la dernière fois. Tu ne veux pas la lâcher, tu veux qu'elle reste dans tes bras pour l'éternité. Elle se dégage doucement de cette longue étreinte et tu lui souris à nouveau. Son maquillage a légèrement coulé et tu lui essuies. « Ne pleure pas s'il te plait.. » Tu lui essuies à nouveau les quelques larmes restantes sur ses joues. Tu te demandes si vous allez pouvoir retrouver cette complicité que vous aviez avant, si en partant comme ça sans rien dire, tu n'as pas brisé quelque chose d'irréparable. « Donc.. tout redevient comme avant maintenant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Ven 18 Juil - 14:13

« Vous m'avez manqué aussi Alwyn Fitch ! » Tu lui souris franchement. Ces quelques mots que tu attendais impatiemment d'entendre de sa bouche. Tu voulais juste ça de lui, de vous, que vous assumiez enfin le manque de l'autre. Que vous assumiez les dégâts que votre séparation à engendrer. Il t'a manqué, plus que tu ne le crois. Tu as mit du temps avant de te faire à son départ, si ta famille, tes amis et Kol n'avaient pas été là, si tout ce monde ne t'avait pas encouragé à aller de l'avant, tu aurais certainement prit un sac et partit le retrouver. Mais tu ne pouvais rester dépendante de lui, il avait voulu faire sa vie de son côté, tu as finis par faire pareil. Alors oui, tu es heureuse et comblée de ta vie actuelle, mais il y a toujours ce manque, il n'est pas là. « Plus jamais, je te le promets.. » A ces mots, tu sers encore plus Niels dans tes bras, tu ne voudrais jamais le quitter. « Pour de vrai, cette fois ? » Tu espères qu'enfin cette promesse ne répond pas seulement à tes inquiétudes, tu espères qu'il est sincère avec toi. Réellement. Cette chance, tu ne la donnes pas forcément à lui, tu la donnes surtout à ton cœur, qu'il s'apaise et profite enfin de la personne qui t'a le plus manqué. Tu te dégages doucement de son étreinte. Gardant tout de même tes bras sur son torse, t'aimerais passé toute ta journée dans ses bras, comme ça, sans parler, juste sentir qu'il est là, à tes côtés. Nombre de fois où tu l'imaginais peut-être marié – il l'est peut-être d'ailleurs – mort ou ce genre de connerie. Tu le regardes dans les yeux. Il est magnifique. « Ne pleure pas s'il te plait.. » Des larmes continuent de couler, encore plus. Il n'aurait pas dû dire ça, ça engendre une telle averse. Mais tu donnes ton maximum pour te calmer. Il n'y a plus aucune raison de pleurer à présent. Tu sens ses doigts effacer chacune de tes gouttes, tu souris, légèrement. Mais la question substitue toujours : était-ce une bonne idée d'enterrer la hache de guerre, de le voir aujourd'hui ? Tu prends ton capuccino et boit une gorgée, toutes ces émotions t'ont donné soif, terriblement. Tu en as presque oublié Kol. Presque.  « Donc.. tout redevient comme avant maintenant ? » Tu jettes un coup d’œil en sa direction, un regard un peu triste quand même. Rien ne pourra revenir à la normal, malheureusement. Vous aurez beau tout faire, rien ne sera comme avant. Tu as toujours cette haine et ce manque de confiance en lui. Il va falloir plus qu'un câlin et des larmes pour que votre relation redevienne à peu près normal. « Je ne sais pas Niels.. Tu peux pas juste revenir comme ça, tu sais, les choses ont changé à Albuquerque pendant ton départ. » Tu respires un bon coup et lui prends la main, tu as besoin d'un contact, te rappeler que tout ça est bien vrai, que tu n'es pas en train d'halluciner. Mais la plus grande question, celle qui te colle à la bouche depuis tout à l'heure : est-ce une bonne raison d'être comme avant ? Tu avais souffert de ne pas l'aimer au grand jour, tu avais souffert de son départ. Accepter que tout redevienne comme avant c'est accepter que tu n'as jamais ressenti de douleur, que tu étais bien. Hors tu ne voulais pas juste une amitié à l'époque. Et ce 'juste' continue, malgré toi, à être là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Dim 20 Juil - 21:09


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
La tension qui régnait entre vous jusqu'à présent, semble être retombée. Vous échangez des sourires, timides certes mais des sourires quand même. Malgré tout, Alwyn pleure dans tes bras et tu te rends compte à nouveau de tout le mal que tu as causé. Tu imagines aussi qu'il y a quelques larmes de joies dissimulées quelque part, parce qu'elle est contente de te revoir après trois années passées dans le silence. « Pour de vrai, cette fois ? » Tu hoches la tête. Ah ça non, tu ne partiras plus. Tu en as fait l'expérience une fois et vu le résultat, tu préfères rester chez toi à Albuquerque ou du moins, jusqu'à ce que plus rien ne te retienne de partir à nouveau. « Pour de vrai. » Tu prends ton café, en bois une gorgée puis sors ton cookie de ton sachet. « Tu en veux un bout ? » A l'époque, vous partagiez tout avec Alwyn, même les choses les plus sacrées comme les cookies Berries&Coffee. En lui proposant un morceau, c'est comme si la vie reprenait son coeur et que tout redevenait plus que normal pendant quelques instants. Tu veux faire le point avec elle, savoir où vous en êtes. Savoir si votre amitié peut renaître de ses cendres ou si toute tentative de réparation est vouée à l'échec. Tu veux savoir comment agir avec Alwyn et tout commence par là. Si jamais elle te fait comprendre que votre amitié ne sera plus ce qu'elle était, tu ne chercheras plus à la revoir. Ce sera le clap de fin de cette belle histoire sur ces coutes paroles. Mais tu ne préfères pas penser à ça, ça te fait trop de mal d'imaginer ne plus la voir. « Je ne sais pas Niels.. Tu peux pas juste revenir comme ça, tu sais, les choses ont changé à Albuquerque pendant ton départ. » Tu tournes la tête pour ne pas qu'elle voit ton visage. Elle te prend la main, comme si il fallait que tu te retournes vers elle. Tu ne sais pas trop quoi penser, si lorsqu'elle dit que les choses ont changé, elle parle de Kol ou simplement elle te fait clairement comprendre que tu n'as plus la même place qu'avant dans sa vie. « C'est à dire ? » Tu attends qu'elle te donne des explications même si tu te doutes de quoi elle va te parler. « Si tu penses à Kol, il ne sera pas un problème de taille. » Tu parles d'une voix froide, que tu n'arrives pas à contrôler. Ta jalousie se sent à des kilomètres et Alwyn va certainement le remarquer, mais tu t'en fiches. Tu veux qu'elle comprenne qu'elle n'a jamais été qu'une simple amie pendant toutes ces années, même si c'était ce que tu voulais lui faire croire. Et il est temps pour elle de le voir. Tu sais très bien que ça ne va peut-être pas changé les choses, mais il est important qu'elle sache ce que tu as sur la cœur depuis le début.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Mar 22 Juil - 20:07

Tu ne peux te le cacher, tu es bien avec lui. Il arrive à t'apaiser, même si votre relation à toujours été un tour de montagne russe entre vos jalousies et vos délires. Tu as rêvé vos retrouvailles, à chaque film romantique que tu voyais, tu pensais à lui. Une obsession. Et puis Kol est arrivé dans ta vie, il a tout changé. Tu es devenue une femme grâce à lui, au soutien de ton entourage. Parfois tu aimerais juste redevenir la gamine inconsciente que tu étais auparavant. Cette fille est encore toi. « Pour de vrai. » Ses mots te rassurent, tu essayes de le croire, tu sais que ça va être dur, mais le jeu en vaut la chandelle. Tu le sais. Vous deux c'est pour la vie, même si vous vous séparez sur cette table, vous reviendrez vers l'autre à un moment donné. Il est ta source, ton lieu. Tu le regarde prendre, comme toi, une gorgée de son café. Lorsqu'il sort son cookie de là, tes yeux gonflent. Au fait, t'as un peu faim, même beaucoup. Tu devrais aller commander quelque chose à manger. C'est toujours comme ça, dès que tu as eu trop d'émotions d'un coup, t'as faim. C'est ta manière de décompresser. « Tu en veux un bout ? » Tu affiches un grand sourire. Évidemment que tu en veux ! Il a prit ton préféré en plus. « Grave ! » Tu croques dans le cookie qu'il te tend. Tes dents prennent quasiment la moitié du cookie. Fallait pas qu'il t'en propose s'il tenait à sa friandise, t'es bien trop gourmande ! Mais ça, il le sait. Pendant que tu mâches le merveilleux cookie, vous parlez de choses plus sérieuses. De vos retrouvailles ou du moins de ce qu'il va en être plus tard. Qui serez-vous pour l'autre quand vous franchirez la porte du café ? C'est le moment de dire ce que tu as sur le cœur. Ce n'est plus le temps des regrets, plus maintenant. Seulement, au lieu de lui avouer à quel point il t'a manqué, à quel point tu étais attachée à lui, que tu étais amoureuse, tout simplement, tu lui dis clairement que ravoir la relation passée ne sera pas une mince affaire. Les choses ont changé. « C'est à dire ? » Tu baisses les yeux, prenant une gorgée de ton chocolat pour ne pas à avoir à le confronter dans les yeux. Il sait très bien ce que tu veux dire. « Si tu penses à Kol, il ne sera pas un problème de taille. » Sa voix est froide, presque distante. Ça te donne mal au ventre, tu n'aimes pas quand il est comme ça avec toi. Tu préfères beaucoup mieux sa voix chaleureuse et son regard souriant. Tu relèves la tête, mais pas trop,tu n'arrives à le regarder dans les yeux. « Qu'est-ce que tu veux dire par là.. ? » Tu remets tes mèches en place, essayant de trouver une autre activité, d'avoir ton regard sur autre chose que lui. Alors tu commences à déchirer ta serviette en plusieurs petits carrés, signe de ta nervosité. « Kol n'a rien à voir avec ça, il.. » Tu te coupes en pleine phrase, car c'est faux. C'est plus facile de mentir, de se voiler la face. Mais tu t'es promise de ne jamais plus lui mentir, de lui dire ce que tu as sur le cœur. Et va bien falloir le faire si tu ne veux pas regretter votre amitié, ou du moins ce qu'il en est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Mer 23 Juil - 18:06


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Aucun de vous ne sait véritablement comment agir avec l'autre. Un coup, tout semble résolu et plus aucun problème ne pourrait venir troubler l'atmosphère paisible qui règne entre vous et puis quelques secondes plus tard, tout retour à votre ancienne amitié semble impossible. Toi tu veux oublier les erreurs du passé, tu veux effacer ces trois dernières années et reprendre là où vous vous étiez arrêtés. Mais Alwyn semble plus partagée. Tu vois qu'elle a mal, tu vois que ton absence a causé des problèmes et tu t'en veux. Tu sais qu'elle aimerait continuer votre amitié, mais elle ne semble plus avoir confiance en toi. Tu as beau la rassurer en lui disant que tu ne partiras jamais, tu es sûr qu'au fond d'elle, des doutes subsisteront, peut-être pour toujours. « Grave ! » Elle attrape le cookie que tu lui tends et tu la regardes en prendre la moitié. Tu souris. Tu chéris ces moments plus que n'importe quoi. Pas sûr qu'il y en aura d'autres.. « Hé rends moi ça toi ! » Tu ris, un rire sincère et franc, un rire qui en dit long sur ce que tu ressens. Tu es bien quand tu es avec Alwyn, tu es en paix avec toi même. Cette paix intérieure, tu ne l'avais pas ressenti depuis des années, depuis trois ans exactement. Tu la regardes mâcher l'autre moitié de ton cookie et la discussion devient plus sérieuse. Ces quelques secondes où tout était redevenu comme avant, sont maintenant terminées. Les choses ont changé, oui. Alwyn te la très bien faire comprendre et tu sais ce qu'elle insinue. Pas besoin qu'elle ouvre la bouche et te donne des explications, tu sais toujours aussi bien ce qu'elle pense simplement en la regardant dans les yeux. Même trois ans après. « Qu'est-ce que tu veux dire par là.. ? » Tu la cherches du regard, mais tu vois bien que ses yeux te fuient. Tu as raison, il s'agit de Kol. Tu l'avais deviné avant même de poser la question. Tu l'observes, elle semble nerveuse. Toi aussi tu l'es, parce que tu sens que c'est maintenant que tout se joue, qu'à la moindre erreur dans tes mots, votre amitié ne sera plus que du passé. « Tu sais très bien de quoi je parle.. » Tu n'en dis pas plus, ne prenant pas le risque de dire des mots de travers. Alwyn joue avec sa serviette, la déchire. Tu as touché un point sensible et tu espères qu'elle va finir par se dévoiler. « Kol n'a rien à voir avec ça, il.. » Elle s’interrompt et tu n'aimes pas ça. Tu te demandes bien ce qu'elle a à te dire par rapport à lui. « Il ? » Tu veux qu'elle crache le morceau avant qu'elle ne laisse sa chaise vide et que tu te retrouves seul. Tu bois ton café, gorgée par gorgée. Tu es nerveux toi aussi mais tu essaies de le cacher le plus possible. « Allez Alwyn, dis moi.. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Jeu 24 Juil - 19:56

Et d'une seconde à l'autre tout balance. Mais vous ne pouvez résister, faire comme si vous étiez comme des inconnus pour l'autre, votre amitié persiste, parce qu'elle vient du fond de vos cœurs, c'est une relation puissante qui ne vous quittera jamais. Elle restera là, parce qu'elle n'a pas d'autre place. Vous faîtes avec parce que vous vous rendez compte que sans elle, il y a un manque. L'un ne va pas sans l'autre, Niels est ta moitié comme tu es sa moitié. Tout ça n'a rien de mathématique, de scientifique, c'est humain, ce sont les sentiments qui ne se contrôlent plus. Depuis son retour tu es à bout de nerfs, ton dos te crispe. Tu as mal de partout, agis sous l'impulsivité sans penser aux conséquences. Tu essayes un peu de garder le contrôle, l'idée que Kol t'attend t'aide à maintenir cet équilibre, à ne pas flancher. Tu aimerais récupérer cette amitié comme tu lui as avoué mais tu ne peux plus. Tu continues de mâcher le cookie de ton ancien meilleur ami. Tu n'avais jamais repris ce cookie, c'était votre cookie, celui que vous preniez sans cesse dès que vous aviez un creux. Tout ce qui te rattachait à Niels, t'as tout essayé d'y effacer. Maintenant, tout revient à la surface, tout, et ça fait mal. « Hé rends moi ça toi ! » Son rire est contagieux, tu rigoles à ton tour. D'un côté tu te laisses aller à ces gamineries, à cette douceur. Tu apprécies sa présence, l'effet qu'il te fait. Mais vous ne pouvez plus vous l'accordez à présent. Aujourd'hui, il faut être sage. Tu as une vie stable, celle que tu as toujours voulu avoir, et lui, Niels, il aura celle qu'il voudra rapidement. Il la mérite, malgré toutes les injures que tu as pu penser sur lui. Que tu penses encore parfois un peu. Vous repartez vers une conversation plus sérieuse, plus importante car elle concerne vos envies, ce qui va se passer dans les jours à venir. Tu sais que tes mots vont peser dans cette pièce mouvementée. Tu sais que tes mots auront un grave impact sur Niels, et sur toi. Mais tu en assumes toutes les conséquences. « Tu sais très bien de quoi je parle.. » Tu relèves la tête, juste le temps qu'il faut pour qu'il voit ton visage se secouer pour dire non. Non tu ne comprends pas tout, tu as tellement peur de comprendre à l'envers en fait. Tellement peur de ne pas savoir traduire ses sous-entendus, tellement peur de passer à côté de quelque chose. Tu voudrais que tout se passe bien. Mais déjà tu te poses trop des questions et les nerfs se rallument, à tel point que des larmes apparaissent petit à petit, plus grosses, plus chaudes qu'avant. Tu vas le perdre, Alwyn ! Sérieusement, t'en es consciente ? Te gueules la voix dans ta tête. Tu sers la mâchoire, continuant à écouter la voix froide de ton interlocuteur. « Il ? » Tu baisses encore plus la tête, fermant les yeux. Ta main gauche se referme sur elle-même, laissant tomber le reste de la serviette. Tout ton corps se rétracte, tu ne sais pas quoi dire. « Allez Alwyn, dis moi.. » L'impatience et la colère de Niels se fait ressentir dans sa voix, cela te rend encore plus nerveuse. Tu trembles un peu. Ton cerveau est en feu, tu vas exploser, sous peu. « Je ne peux pas redevenir ta meilleure amie qui écoute tes histoires de cœur sans jamais rien éprouver ! Je ne peux plus voir tes yeux mater les gros nichons de la voisine et me rendre compte que j'en ai même pas un dixième ! » Tu le regardes dans les yeux, les larmes coulent et coulent, sans interruption. Ça y est. Tu n'as peut-être pas exprimé tes sentiments de la manière la plus romantique qui soient, mais ils sont là, ils sont sortis comme des canons, dévastant chaque endroit qu'ils pouvaient saccager. « Kol m'aime, je.. ta voix est tremblante, quasiment incertaine et je l'aime aussi. J'ai pas envie de tout gâcher pour redevenir cette personne que je ne veux plus être. » Tu baisses la tête, essuyant du revers de la manche quelques larmes. Les deux cafés en mains prête à partir, tu restes assise encore quelques secondes, attendant une réaction de la part de celui que tu as aimé plus que tout. Tu attends mais tu sais que c'est inutile. Il ne t'a jamais aimé Alwyn. Concentre-toi sur Kol et tout ira bien. Pars. Dégage, te crie ta conscience mais tu restes là, incapable de vraiment le quitter.

_________________

Party girls don't get hurt can’t feel anything,
when will I learn I push it down, push it down.

✯ ABSENTE DU 15 AOÛT AU 28 AOÛT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Jeu 24 Juil - 21:02


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Tu ne sais pas quoi faire, tu ne sais pas comment agir. Parce que vous faites comme des retours en arrière et puis d'une seconde à l'autre, la réalité vous rattrape, vous frappe de plein fouet. Tout oscille entre passé et présent et tu en marres, clairement. Tu veux savoir, savoir ce qu'il en est. Savoir si tu auras encore une raison de rester à Albuquerque. La vie sera bien jolie, mais si tu ne la passes pas avec Alwyn à tes côtés, ça ne servira à rien de rester ici plus longtemps. Pendant quelques secondes, tes pensées voyagent et tu revois le bon vieux temps passé avec elle. Tu te rappelles de tout, de chaque instant. Tu te rappelles de ses rires et de ses sourires,  de ses pleurs aussi. Tu bénis tous les dieux du monde de t'avoir fait rencontré une personne comme elle. Mais tout semble s'échapper maintenant. Tu lui as fait la promesse quelques minutes plus tôt de ne plus jamais l'abandonner, mais tu ne supporteras de ne plus voir son visage aussi souvent qu'avant. Tu ne supporteras pas non plus de la voir aux bras de ce Kol et noyer ton chagrin dans le lit d'autres filles ne t'aidera pas à aller mieux. Les conséquences de ton erreur te reviennent en pleine figure et Kol fait partie de celles-ci. Il sera un dommage collatéral que tu ne pourras pas enlever. Tu l'observes et elle semble encore plus nerveuse. La conversation a changé de ton et encore une fois, tu ne sais pas comment agir. Tu n'arrives plus à prédire ce qu'elle va bien pouvoir dire. « Je ne peux pas redevenir ta meilleure amie qui écoute tes histoires de cœur sans jamais rien éprouver ! Je ne peux plus voir tes yeux mater les gros nichons de la voisine et me rendre compte que j'en ai même pas un dixième ! » Tu la regardes, les yeux pleins de questions. Est-tu en train de comprendre la bonne chose ? Non, tu ne préfères pas penser à ça, ça semble impossible. Est-elle en train de te dire de la manière la plus implicite qui soit qu'elle..  Non tu ne veux pas y penser. Ça te ferait trop de mal si ce n'était pas le cas. Quelques secondes s'écoulent avant que tu répondes. Ses paroles t'ont frappé sans que tu t'y attendes et tu ne sais pas sur quel pied danser, si tu dois jouer la carte de la sincérité ou si tu dois la laisser partir. '' Je ne veux pas redevenir ta meilleure amie '' Ces mots se gravent dans ta tête et tu veux les enlever mais c'est impossible. Alors tu décides de tenter le tout pour le tout et tu lui dis, aussi maladroitement qu'elle a pu le faire. « Ah parce que tu crois que ça me faisait rien de t'entendre parler de gars autre que moi ? » Tu t'arrêtes quelques instants pour la regarder. Des larmes coulent sur ses joues, mais tu ne fais rien, pas cette fois. C'est pas l'envie de les essuyer qui te manque. Au contraire, tu veux la prendre dans tes bras et caresser ses cheveux, lui faire comprendre que tu ne la laisseras plus jamais et qu'elle est la personne la plus importante au monde pour toi. Mais tu ne fais rien, tu es comme collé à ton siège, sans pouvoir bougé un seul des tes membres. Autour de toi, plus rien n'a d'importance. C'est comme si tu avais oublié où tu étais et le temps semble se suspendre. « Kol m'aime, je.. et je l'aime aussi. J'ai pas envie de tout gâcher pour redevenir cette personne que je ne veux plus être. » Ces mots t'arrachent le cœur, littéralement. C'est comme si des millions de flèches venaient de le transpercer en une fraction de seconde. Les larmes te montent aux yeux à ton tour, mais tu sers les dents pour ne pas qu'elles roulent sur tes joues. Tu n'as pas envie de lui montrer encore plus tes faiblesses, pas maintenant que tu es le plus vulnérable. Tu ne réponds pas tout de suite, te contentant de la regarder et de chercher tes mots. Elle a su appuyer à l'endroit où tu as le plus mal et tu sens ton cœur brisé en mille morceaux battre difficilement à l'intérieur de ta poitrine. Les secondes s’égrènent et tu ne dis toujours rien. Kol, toujours ce nom qui revient dans sa bouche. T'as envie de t'en aller à chaque fois qu'elle le prononce, mais tu ne dis rien. Ce n'est plus à toi de donner ton avis sur ses petits amis désormais. T'as envie de crier, de crier fort au monde ta douleur, mais tu ne peux rien dire, enfermé entre ces quatre murs. Tout se mélange dans ta tête; la colère, la tristesse, la peur, la haine. Tu es complémentent déboussolé, comme tu ne l'as jamais été avant. Ton esprit se perd et ton cœur se brise, lentement. Cette situation t'épuise alors tu te lances, tu abats ta dernière carte. Si elle t'écoute, tu pourras dire que c'est la fin. « Plus rien ne te retient ici alors.. » Tu ne peux plus te retenir, c'est trop dur. Une larme coule sur ta joue et tu ne l'essuies même pas. Alwyn a appuyé sur la détente et elle t'a achevé, en plein cœur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Jeu 24 Juil - 21:34

Toutes les questions du monde, même les plus farfelues se bousculent dans ta tête. Tu as besoin de réponses, au plus vite. Tu n'arrives à rester assise dans cet état là. Tu aimerais chambouler le temps, faire quelque chose que tu veux vraiment peu importe les conséquences, mais tu n'arrives à te décider entre raison et sentiment. Tu te dresses un tableau de pour et contre, une horrible sentence que tu t'infliges, là. Si tu lui dis que tu ne veux plus le revoir, que tu es beaucoup mieux avec Kol, tu te mentirais à toi-même, tu ferais la pire des erreurs que de le laisser partir alors que quelques secondes avant, tu avais juste envie qu'il reste à tes côtés pour toujours. Mais si tu lui dis à quel point tu l'aimes, dans ce cas, tu t'avouerais enfin à toi-même que tu ne tiens pas seulement à Niels parce qu'il est ton meilleur ami d'enfance, ton repère, mais parce qu'il est la personne avec qui tu as envie d'être. Seulement, si tu le fais, tu risques de le mettre dans une situation embarrassante s'il ne t'aime pas, et même s'il éprouvait des sentiments pour toi, il subsiste le cas de Kol. Cet homme que tu ne veux pas abandonner car il est ton équilibre, celui qui a réussit à te faire changer en la femme que tu voulais être. Il a été le plus grand soutien que tu n'as jamais eu depuis le départ de Niels. Non, dans tous les cas, vous êtes foutus. Et tu as beau te dire que s'il y a un problème – et là il y en a un gros – il y a forcément une solution, tu n'arrives à trouver la bonne. C'est une torture. Tu n'arrives non plus à stopper ces larmes qui augmentent au fur et à mesure que tu parles et que les réponses de ton interlocuteur se font attendre. Tu aimerais tellement qu'il te réponde au tac-o-tac. Tu n'aurais pas besoin d'attendre, de te poser des questions. « Ah parce que tu crois que ça me faisait rien de t'entendre parler de gars autre que moi ? » Tes yeux s’écarquillent un moment, surprise par sa réponse. Il essaye juste une nouvelle fois de se donner bonne conscience comme il l'a fait lors de vos retrouvailles, jeter la faute sur toi. Il ne t'a jamais aimé et il ne t'aimeras jamais, ne te fais pas de fausses idées Alwyn, ses sous-entendus ne sont en aucuns cas ceux que tu penses, et même s'ils l'étaient tu ne veux pas croire en rien. Tu ne veux pas te faire de mal inutilement. Comme il y a quelques jours, tu hausses le ton, ta voix se faisant plus froide, plus cassante. T'es sur la défensive. « Arrête donc avec ta possessivité ! T'allais voir des tonnes de filles juste sous mon nez, tu croyais vraiment que j'allais t'attendre toute ma vie et souffrir de te voir avec d'autres ? Franchement Niels, si tu me connaissais vraiment tu saurais pourquoi j'allais voir ces mecs ! Pour.. » t'oublier. Mais tu t'arrêtes en plein milieu de la phrase, consciente une nouvelle fois que tu allais dire une connerie quelque chose qu'il ne fallait pas. Surtout pas. Si tu avoues ce que tu as sur le cœur, tout est foutu. Et comment être sûre que tu as de réels sentiments amoureux pour lui ? Après tout, tu es bien avec Kol.. Alors que tu étais entrain de prendre tes affaires pour partir, il conclut sur quelques mots qui te rendent furieuse. « Plus rien ne te retient ici alors.. » Tu poses un peu trop subitement les gobelets, tes yeux froids se dirigent un peu trop rapidement vers Niels et la claque se fait plus rapide. Aussi forte que la première, comme si elle n'avait pas suffit. Tout le café vous regarde, curieux et choqué à la fois. Tu ne fais pas attention à leurs chuchotements, à leurs regards insistants. Il n'y a que Niels et toi. Ce connard de Niels. C'est un lâche. Il ne se bat au final pas pour votre amitié. Il baisse trop vite les bras. Preuve de son manque d'amour pour toi. Arrête d'espérer Alwyn.. « Ouais c'est ça, je vais juste partir comme ça t'auras aucun regret à prendre tes affaires et rejoindre tes chéries new-yorkaises ! » Tu as envie de lui cracher à la figure, de lui faire des horreurs. Dire que tu étais à deux doigts de lui dire ces trois mots qui te dévorent les lèvres depuis trop longtemps. Évidemment qu'il ne t'aime pas, arrête de te faire des illusions. De tes mains tu pousses le corps de Niels en arrière ou tirant sur son t-shirt. Juste parce qu'il faut que tu tapes dans quelque chose, parce que t'en peux plus. « Pourquoi tu me fais du mal comme ça ? Tu le regardes dans les yeux. Tu es rouge, ta bouche est mouillée, tes joues trempées. Pourquoi tu m'aimes pas juste ? » Et là, il n'y a pas plus aveu explicite. Tu viens, sans t'en rendre compte, de lui dire à quel point tu aimerais qu'il t'aime. Tu es tellement désespérée que tu te laisses tomber près de Niels, ta tête se réfugiant au creux de ses épaules, tes mains tremblantes cherchant une place sur le torse de ton ancien meilleur ami. T'es fichue Alwyn. Tu ne pourras plus jamais espérer une amitié avec ce que tu viens de lui dire. Mais est-ce peut-être mieux comme ça ? Tu lui as dis ce que tu avais sur le cœur, ce qui te faisais mal depuis trop longtemps et, d'un autre côté tu reprendras ta vie normale avec Kol, comme si jamais rien n'était arrivé. Rien.

_________________

Party girls don't get hurt can’t feel anything,
when will I learn I push it down, push it down.

✯ ABSENTE DU 15 AOÛT AU 28 AOÛT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Jeu 24 Juil - 22:31


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Les larmes coulent sur tes joues sans que tu ne parviennes à les arrêter. Ton regard se brouille et le visage d'Alwyn devient flou, mais tu ne fais rien. Tu profites de ces quelques secondes de répit pour essayer de mettre tes idées au clair, mais encore c'est impossible. Tout part dans tous les sens sans que tu puisses contrôler. D'habitude, tu es un amateur d'imprévu, mais là Alwyn t'a apporté un trop plein de surprises et tu n'arrives plus du tout à gérer. A en croire l'expression sur son visage, elle ne semble pas apprécier ta déclaration implicite. Tu ne la comprends plus. Tu n'arrivais pas à y croire quand quelques temps plus tôt, elle te disait qu'elle avait changé et qu'elle n'était plus la même personne qu'elle était lorsque tu vivais encore à Albuquerque. Tu ne la reconnais plus, tout comme elle ne te reconnaît plus non plus. Tu essuies tes yeux et son visage se forme à nouveau sur ta rétine. « Arrête donc avec ta possessivité ! T'allais voir des tonnes de filles juste sous mon nez, tu croyais vraiment que j'allais t'attendre toute ma vie et souffrir de te voir avec d'autres ? Franchement Niels, si tu me connaissais vraiment tu saurais pourquoi j'allais voir ces mecs ! Pour.. » Elle suspend sa phrase, encore une fois. T'en as marre qu'elle n'aille pas jusqu'au bout. Foutu pour foutu autant tout se dire. C'est la véritable heure des règlements de compte. Alors vas-y Alwyn, achève moi un peu plus comme tu y arrives si bien. Ta possessivité ? Tu lui dis ce que t'as sur le cœur et tout ce qu'elle trouve à dire, ce sont des reproches. Tu n'as plus envie d'essayer, tu n'as plus envie de te battre. C'est elle qui mène la danse désormais, c'est elle qui a le contrôle. Toi, t'encaisses, tu ne peux rien faire d'autre. T'essaies de rester calme, mais tu n'y arrives pas, c'est au dessus de tes moyens. « Ma possessivité ? Faut savoir ce que tu veux Alwyn ! Apparement je te connais pas si bien que ça, alors j'ai rien à faire ici ! » Les mots sortent tout seul, sans que tu puisses contrôler ce que tu dis. Tu sais que tes paroles vont la blesser mais ce n'est que la suite logique de toute votre conversation. Alwyn frappe, toi t'encaisses. Puis c'est à ton tour de frapper. Tu détestes faire ça, tu détestes agir de cette façon avec elle. Mais ce n'est plus la même personne qui se trouve en face de toi aujourd'hui, comme toi tu ne dois pas être le même non plus. Tu ne cherches même pas à savoir la fin de sa phrase, tu en as trop entendu. Ton esprit te dit de partir mais ton cœur te retient ici. Et en instant tout s'écroule. C'est bien connu, c'est toujours comme ça de toute façon. Votre relation est à l'image d'un château de carte qui s'effondre lorsqu'on en a mis une de trop. C'est pas humain ce que vous faites. C'est pas humain de se faire autant de mal en s'aimant trop. Vos sentiments si longuement enfouis au plus profond de vous même, font désormais surface et ça explose, comme un volcan resté trop longtemps en sommeil. Vos sentiments sont pareils à la lave qui détruit tout sur son passage. Encore une fois elle t'a frappé sous l'effet de la colère. La douleur part de ta joue et remonte jusqu'au sommet de ta tête. Tu la hais littéralement. Ce n'est plus de l'amour que tu ressens, mais de la haine, de la haine profonde pour celle que tu as le plus aimé dans ta vie. « Ouais c'est ça, je vais juste partir comme ça t'auras aucun regret à prendre tes affaires et rejoindre tes chéries new-yorkaises ! » Tu esquisses un sourire mesquin. Ouais, vas-y continue Alwyn. Continue à dire tout ce tu penses. Comme si ce n'était pas déjà assez. Tu ne sais pas comment réagir. Tu es incapable de réfléchir correctement et de prendre la bonne décision. Elle te pousse en arrière et tire sur ton t-shirt. « Arrête, sérieusement ! Arrête toi tout de suite ! » C'est la colère qui parle pour toi désormais et rien d'autre. T'en peux plus, tu vas exploser. « Pourquoi tu me fais du mal comme ça ? Pourquoi tu m'aimes pas juste ? » Et elle pose sa tête sur ton épaule, comme si de rien était. Tes yeux s'écarquillent. La bombe vient d'exploser. Tu pleures à nouveau et tes larmes coulent sur ses cheveux. Toutes ces années passées à se mentir l'un à l'autre. Toutes ces années passées dans le silence et le mensonge. T'en peux plus, c'est trop. T'as atteint le maximum que tu peux supporter. « Ah parce que tu crois que j'ai fait quoi pendant toutes ces années ? » Les mots ne sortent pas comme tu le souhaitais, alors tu continues. « Tu crois vraiment que j'en avais rien à foutre de toi ? Tu crois vraiment que j'aurais agis comme ça si j'avais su ? C'est peut-être égoïste de ma part mais je suis parti pour t'oublier ! Parce que ça me crevait le cœur de penser que toi tu ne m'aimerais jamais ! » Voilà c'est dit. C'est elle qui a le pouvoir maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Ven 25 Juil - 0:42

Votre relation, d'un point de vue extérieur était des plus étranges. Les gens ne vous voyaient pas comme de simples meilleurs amis. Pour eux, il y avait des signes qui ne trompent pas. Des petits regards, gestes, des paroles. Une amie en commun vous avait dit que vous finiriez un jour par sortir ensemble, si ce n'était pas déjà fait et que vous faisiez juste semblant, garder le mystère parce que c'était excitant. A chaque fois qu'on vous comparait à un couple, vous balanciez toutes les injures du monde. Oh non, je le considère trop comme mon frère, ce serait de l'inceste. Mais dans le fond tu étais contente, contente qu'on te dise à quel point tu irais mieux avec lui que les autres pouffiasses avec qui il était sorti, ou sortait. Tu ne disais toujours rien, tu étais juste contente. Mais tout ça bien sûr n'était qu'illusion, vous n'étiez pas un couple et vous ne seriez jamais un couple parce que vous n'avouiez pas les sentiments que vous avez pour l'autre. Déjà là tu as du mal à lui avouer alors que ses sous-entendus sont explicites. Trop, justement. Vous vous faîtes mutuellement des reproches, n'arrivant pas à trouver une sorte de terrain d'entente. Tu le pousses au conflit, il fuit, sa lâcheté t'énerve, tu l’agresse. Tu vas finir par le faire peur, il va fuir. « Ma possessivité ? Faut savoir ce que tu veux Alwyn ! Apparemment je te connais pas si bien que ça, alors j'ai rien à faire ici ! » Tu fronces les sourcils, ses derniers mots ont l'effet d'une bombe et tu te mets à pleurer encore plus. Tu penses à la promesse qu'il t'avait fait quelques minutes auparavant et ça te brise le cœur. Les promesses ne sont pas assez fortes face aux changements, malheureusement. « Je suis pas une assez bonne raison de te faire rester, hein ? » Tu lui balances ces quelques mots à la gueule, sans interpréter le sens. Tu lâches tout, sans savoir ce que tu vas dire. Tu fais dans la spontanéité. Il n'y a plus aucun autre moyen. Réfléchir, se poser des questions, ça te fais trop mal et tu n'es même pas sûre de faire le bon choix, alors tu laisses parler tes émotions, essayant de te faire confiance. C'est quitte ou double comme on dit. Quoi que là c'est plutôt quitte. Tu t'acharnes sur lui, sur son torse. Les gens te prennent pour une foule, t'imagines une serveuse hésiter à intervenir. Vaudrait mieux pas que quelqu'un le fasse. « Arrête, sérieusement ! Arrête toi tout de suite ! » Sa voix est sévère, froide, sec. Tout ce que tu détestes. Tu détestes quand il se comporte comme un père avec toi. Alors tu le claques encore. « Tu me dis pas de m'arrêter. T'es qui pour me dire ça, d'abord ? » Lui balances-tu à la figure. Et puis tu stoppes tes pulsions de meurtre, fatiguée de tes mouvements rapides qui ne servent à rien. Tu es certaine qu'il ne sent pas tes coups. Tu te replis sur toi-même, laissant toute ta sensibilité ressentir. Tu l'aimes. Tu ne sais pas de quel amour, si c'est juste une profonde amitié, de l'amour, de l'adoration. Tu ne sais pas vraiment, t'aimerais pouvoir mettre un mot sur ces sentiments. Ton corps affaiblit tombe sur les épaules de celui que tu considères comme l'homme à abattre. Tu laisses tout tomber, quelques larmes tombent, rien de bien excessif non plus. Tes nerfs se sont enfin calmés, tu prends la situation plus au calme, essayant de redevenir raisonnable. Ce sont les montagnes russes avec Niels, il n'y a pas d'autres mots. Tu deviens lunatique à l'extrême. « Ah parce que tu crois que j'ai fait quoi pendant toutes ces années ? » T'as baisé avec des minettes. « Tu crois vraiment que j'en avais rien à foutre de toi ? Tu crois vraiment que j'aurais agis comme ça si j'avais su ? C'est peut-être égoïste de ma part mais je suis parti pour t'oublier ! Parce que ça me crevait le cœur de penser que toi tu ne m'aimerais jamais ! » Des gouttes tombent, c'est reparti. Tu te sens tellement mal. Tu ne sais pas ce qu'il entend par là, si c'est simplement une preuve d'amitié sincère ou si c'est plus. Tu penches pour la première solution, essayant de ne pas te faire de faux espoirs. Tu lèves la tête, l'observant. Des larmes coulent. Il est magnifique. Tu te mords la lèvre parce que tu te sens affreuse de lui avoir fait subir tout ça. Tu voulais lui faire du mal parce qu'il t'avait fait souffrir il y a deux ans. Tu voulais qu'il ressente ce que tu avais ressenti. Tu as gagné. Mais le goût de la victoire est assez amer. Tout aussi impulsivement que les claques, tu approches tes lèvres des siennes, sans hésiter une seule seconde. Sans réfléchir. Tu ne penses plus à rien, ni même à Kol. Tu vas culpabiliser d'ici quelques minutes, quand tu vas retourner à la réalité, mais juste, tu suis tes envies. Peu importe. Et tu l'embrasses, assez pudiquement, tout doucement. Un baiser doux, long, qui se veut quand même sensuel. « Me repousse pas.. » lui demandes-tu en t'écartant un peu de lui, le suppliant presque de prolonger ce baiser. Tu es folle Alwyn. Tu as complètement oublié tes engagements. Mais tu n'y penses toujours pas, tu penses encore à l'envie de ses lèvres, de sa peau que tu n'as jamais pu touché. Tu le veux. Tu glisses ta main sur sa joue rougie, essayant d'apaiser la brûlure que ça a du causé et tu l'embrasses encore, avec plus d'engagement cette fois-ci, priant pour qu'il ne fuit pas. Tu veux juste profiter de ce moment. Oublier les gens autour, oublier les conversations sulfureuses que vous avez vu. T'as juste besoin de douceur, de son affection.

_________________

Party girls don't get hurt can’t feel anything,
when will I learn I push it down, push it down.

✯ ABSENTE DU 15 AOÛT AU 28 AOÛT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Ven 25 Juil - 11:44


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Tu sens les regards de tous les gens présents dans le café posés sur vous. Ils ne doivent plus rien comprendre au film qu'ils suivent depuis tout à l'heure. Pour avoir de l'action, ils en ont, entre les claques, puis les rires et enfin les pleurs. Tu oublies les gens autour de toi pour te concentrer uniquement sur elle. La tension est montée d'un cran au fur et à mesure que votre conversation avance. Vous abordez les choses sérieuses, les sentiments surtout, et ça devient incontrôlable, de ton côté comme du sien. Elle reste quand même la plus violente de vous deux dans ses actions, passant du rire aux larmes en une fraction de seconde, mettant tes nerfs à rude épreuve. « Je suis pas une assez bonne raison de te faire rester, hein ? » Tu ris nerveusement. Si elle savait tout ce que tu pourrais lui déballer, la tout de suite, sous l'effet de la colère. Mais tu te retiens, encore une fois. T'as plus envie de continuer dans ce sens, t'as plus envie de te battre avec elle pour savoir lequel de vous dira la chose la plus méchante. Ça sert à rien de faire ça, ça sert à rien de se donner encore plus en spectacle devant tout le monde. Elle s'en prend encore à toi, un peu plus fort que tout à l'heure. « Tu me dis pas de m'arrêter. T'es qui pour me dire ça, d'abord ? »  Et elle te claque encore, comme si c'était devenu une habitude. Tu ne sais même plus quoi faire, si tu dois t'en aller ou alors rester là et attendre qu'elle se calme. Alors tu lui attrapes les bras et tu approches ton visage du sien. « Maintenant, tu vas t'arrêter tout de suite ! Parce que sinon, ça va mal finir, très mal finir Alwyn ! » Tu la relâches. Jamais tu n'oserais frapper une fille même si là, l'envie de lui rendre sa gifle te brûle les doigts. Tu prends sur toi, serrant les poings le plus possible. Elle commence à se calmer et pose sa tête sur ton épaule. Encore une chose que tu ne comprendras jamais chez elle. Il y a quelques secondes, elle aurait pu te massacrer à coup de poings et maintenant, elle se laisse tomber sur toi comme si de rien était. La pression s'évacue lentement et tu jettes un coup d'oeil autour de toi. Les gens sont toujours en train de vous regarder comme si vous étiez une sorte d'attraction. Tu leur lances un regard noir, signifiant que tu veux qu'ils s'occupent de leurs affaires et non des vôtres. L'heure des déclarations a sonné et ça sort pas de la façon dont tu l'aurais voulu. T'as toujours pensé à lui avouer un jour tes sentiments de manière ultra romantique. Peut-être en chanson ou alors dans un endroit magnifique. Mais pas comme ça, au milieu d'un café bondé où tous les gens ont les yeux braqués sur vous, et pas avec ces mots si mal choisis. Elle ne te répond pas tout de suite, se contentant de te regarder. Tu détestes quand elle fait ça, vraiment. Tu détestes devoir attendre que des mots sortent enfin de sa bouche. Rien ne vient et à ta grande surprise, ses lèvres se posent timidement sur les tiennes. Tu entends un '' oh '' venu de votre public et ça te fait sourire intérieurement. « Me repousse pas.. » Pourquoi tu le ferais ? Tu as attendu ce moment depuis des années et tu ne vas pas le gâcher. Sans attendre que tu répondes quoi que ce soit, elle t'embrasse à nouveau avec plus de passion, plus de fougue. Sa main se pose sur ta joue et la tienne voyage entre son cou et son visage. Tu oublies où tu es, tu profites seulement de l'instant. Peut-être que ça ne se reproduira plus. Vos lèvres se détachent et tu lui souris, un sourire sincère, un sourire franc. Plus rien au monde n'a d'importance à part elle. Tu veux l'embrasser encore et encore, sentir ses lèvres sur les tiennes pour l'éternité mais tu ne fais rien. « Ça veut dire quoi ça ? » Ta question n'était peut-être pas la bienvenue mais tu veux savoir où vous en êtes. Tu ne refuses tout faux espoirs alors tu veux qu'elle te donne une réponse franche. Tu penses à Kol, la seule ombre au tableau. Elle t'a dit qu'elle l'aimait, qu'elle était bien avec lui, mais est-ce que ce baiser peut la faire changer d'avis ? « Dis moi franchement, j'ai pas envie d'avoir de faux espoirs ! » Tu la mets devant le fait accompli, il n'y a pas d'autres moyens pour que tu saches ce qu'elle veut désormais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Ven 25 Juil - 15:14

« Maintenant, tu vas t'arrêter tout de suite ! Parce que sinon, ça va mal finir, très mal finir Alwyn ! » Tu le hais qu'il soit aussi froid avec toi, qu'il essaye de te maîtriser. Tu détestes qu'on te dise quoi faire, encore plus quand tu es énervée et que tu as qu'une seule envie : t'attaquer à toute le monde et leur mettre la misère, leur faire ressentir ce que tu as tout au fond du cœur. Si à l'époque de Niels tu étais une fille calme, au caractère franc quand même, aujourd'hui, la violence fait partit de ton caractère. Tu n'arrives plus à t'exprimer sans gueuler, sans frapper. C'est un reproche que l'on te fait régulièrement. Kol arrive à te calmer, rapidement, Niels n'y arrive pas. Il te fait vivre l'enfer avec sa gueule d'ange. Mais tu essayes de te contrôler, tu t'enlèves de son emprise, le boudant de s'être comporté ainsi. Tu ne réagis plus, tu ne cherches plus à l'attaquer, tu es à bout de souffle. Tu souffres de gueuler ainsi, de lui faire des reproches constants. Tu lui balances des mots affreux dans le seul but de te faire croire qu'il est un sale type. Il ne te mérite pas. Tu souffles, tombant littéralement dans ses bras. Game Over. Vous n'arrivez plus à vous lancer des réflexions, à vous défendre de toute critique. Vous avez juste besoin du soutien et de l'affection de l'autre. C'est tout ce que vous demandez. Mais vous ne vous le dîtes pas ouvertement, passant par des sous-entendus. Tu rêvais d'un parc fleuri, d'une musique douce en fond, de paroles calmes, de larmes de bonheurs, d'une déclaration d'amour comme dans les films. Au lieu de ça, vous êtes dans un café bondé ou les chuchotements des gens font le rythme de la musique, tu cries, tu claques, vous n'arrivez à vous avouez clairement ce que vous avez sur le cœur. C'est dur, tu as mal. Tu souffres. Sans te rendre compte que lui aussi souffre, de la même raison. Pour apaiser tes douleurs, la seule chose que tu trouves de faire c'est l'embrasser. Les baisers de Kol ne te suffisent plus ? Tu le supplies de ne pas te repousser, de vivre ce moment comme si lui aussi était fou de toi. Tu as tellement besoin de ses mains sur ta taille, de sa bouche se baladant sur ton cou. Les romantiques dans la salle ont les larmes aux yeux, ils vous prennent pour une scène de cinéma, presque. Il ne fuit pas, partageant ce baiser. Ça te réchauffe le cœur et tu n'arrives à t'échapper de ses bras, tu tentes une autre approche, glissant ton genou sur sa hanche. Tu ne veux plus parler, tu veux juste échanger. Tu as tellement besoin d'affection en cet instant précis, tu as tellement rêvé de ce moment.. Mais il se détache de toi, tu ne baisses pas le regard, lui sourit presque. Tu es bien. Seulement, il continue dans ses questions, et ça te blesse, encore. T'es trop irritable. « Ça veut dire quoi ça ? » Tu hausses les épaules, refusant de t'avouer à toi-même ce que tu souhaites vraiment. Tu ne sais en fait pas vraiment. Être en couple avec lui ? Tu sais très bien que votre relation est trop tumultueuse pour être un couple. Tu ne veux pas non plus tromper ton copain et tu doutes qu'il aimerait être un amant pour toi. Redevenir meilleurs amis comme avant ? Là c'est toi qui ne peut pas. Après ce que tu lui as avoué, après ce que tu as fais, ce qu'il t'a fait. Il n'y a plus vraiment de relation possible. La seule issue serait une séparation totale. Même plus d'amitié, non, juste des sourires polis comme s'il n'y avait jamais rien eu. « Dis moi franchement, j'ai pas envie d'avoir de faux espoirs ! » Tu fronces les sourcils te demandant si c'est ce que tu penses. Il aurait des sentiments pour toi ? Impossible. Il a partagé ton baiser dans l’unique raison de ne pas te faire souffrir, de ne pas te refuser comme tu lui as demandé. « J'ai toujours rêvé d'être la fille qui tenait la main dans la rue.. Toujours.. » Tu t'arrêtes un petit moment, te rendant compte que tu as dis franchement ce que tu avais sur le cœur. Il n'y a plus de doute sur le type de sentiments pour lui. « Mais je ne sais pas si j'en suis capable aujourd'hui. Qui me dit que tu es vraiment amoureux de moi ? Qui me dit que j'aurais une relation stable avec toi ? Avec Kol, je sais qu'il ne me trompera jamais, qu'on aura la vie rêvée.. » Ouais, tes paroles montrent franchement que tu ne sais pas ce que tu veux. Tu te détaches de son étreinte, remettant ta jupe correctement. Tu passes une main dans tes cheveux et conclut « Je n'aurais jamais dû t'embrasser.. Désolée.. » Tu veux partir, maintenant, une fois pour toute. Tu n'as même plus envie d'avoir sa réponse, toi qui habituellement est trop impatiente de savoir ce qu'il pense vraiment. Tu viens de tomber dans les bras de celui qui t'a fait le plus de mal alors que tu es avec l'homme idéal. Ce ne sont que des conneries.

_________________

Party girls don't get hurt can’t feel anything,
when will I learn I push it down, push it down.

✯ ABSENTE DU 15 AOÛT AU 28 AOÛT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Ven 25 Juil - 19:56


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Le spectacle continue et les gens semblent apprécier. Tu les hais de vous observer ainsi. Un peu d'intimité ne vous ferait pas de mal, mais ça n'empêche pas Alwyn de te hurler dessus, de te frapper et puis contre toute attente de t'embrasser. Tu n'as jamais ressenti ça, jamais. Chacun de ses baisers ont le doux goût de l'amour et tu ne veux pas que ça s'arrête. Au fond de toi, tu t'es toujours imaginé finir ta vie avec elle. Tu te voyais marcher à ses côtés dans la rue, dîner dans le meilleur restaurant du coin, regarder vos enfants jouer, et toutes ces choses que l'on partage dans la vie à deux. Tu veux pas attendre, tu veux savoir ce qu'il en est. Savoir ce que vous êtes. Des amis, des amants, des ennemis, plus rien du tout. Tu veux poser des mots sur tout ça. « J'ai toujours rêvé d'être la fille qui tenait la main dans la rue.. Toujours.. » Tu souris timidement. Toi aussi, c'est ce que tu as toujours voulu depuis le jour où tu as pris conscience qu'elle n'était pas qu'une simple amie et que les gens avaient raison de penser que vous serez en couple un jour. Mais tu n'as rien dit par peur de l'effrayer, par peur de la perdre. Aujourd'hui, tu te dis que tu aurais peut-être du tenter ta chance et que les choses ne se seraient surement pas passées de cette manière. « Mais je ne sais pas si j'en suis capable aujourd'hui. Qui me dit que tu es vraiment amoureux de moi ? Qui me dit que j'aurais une relation stable avec toi ? Avec Kol, je sais qu'il ne me trompera jamais, qu'on aura la vie rêvée.. » Tu ne la regardes même pas, bien trop blessé par ses paroles. Tu n'arrives même plus à penser tellement tu as la haine. Tu te retiens de tout casser car tu sens la rage monter en toi. Dans quelques secondes, tu vas devenir une véritable tornade qui détruit tout sur son passage et Alwyn ne sera pas une exception. Ça te fatigue de subir ses changements d'avis permanents, tu veux qu'elle choisisse. Toi ou lui. Et apparemment elle l'a choisi lui. « Tu sais quoi ? Pars, casse toi ! Je vais pas attendre que tu te décides, oublie tout ce que j'ai dit et va retrouver Kol et ton semblant de vie parfaite ! » Tu rassembles tes affaires et quittes le café. Tu vas t'asseoir sur un banc dehors attendant qu'elle sorte pour te crier dessus un peu plus fort. Tu poses tes coudes sur tes genoux et enfouis ton visage entre tes mains. Ta tête va exploser, les larmes vont couler sur tes joues sans que tu puisses les arrêter. Tu te détestes, tu te détestes de lui avoir ouvert ton cœur. Vous n'êtes pas fait pour être ensemble, tu en as la certitude aujourd'hui. Tu hésites à t'en aller mais tu veux voir sa réaction. Tu veux savoir si elle va venir te rejoindre ou si elle ne va rien faire mais tu as peur. Peut-être que c'est la dernière fois que tu la verras.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Ven 25 Juil - 22:48

Rien ne va entre les deux. Vous n'arrivez vraiment plus à communiquer, à vous faire comprendre. C'est sûrement parce que vous ne voulez certainement pas les mêmes choses. Si toi tu as jute envie de profiter du moment sans penser aux restes, lui ce n'est pas le cas. Il veut mettre des mots sur ce que vous êtes, savoir comment se comporter avec toi. Tu aimerais tellement aussi, savoir quoi faire, tout. Se poser moins de questions, c'est ton souhait premier. Mais est-ce que lui-même sait ce qu'il veut être avec toi ? Sait-il ce qu'il veut ? Tu aimerais toi aussi savoir ce qu'il veut, peut-être ça t'aiderais à faire un choix.. Parce que tu es loin de vouloir en faire un.. « Tu sais quoi ? Pars, casse toi ! Je vais pas attendre que tu te décides, oublie tout ce que j'ai dit et va retrouver Kol et ton semblant de vie parfaite ! » Sa voix te fait peur, tu sers tes mains, ta jupe. Ça te fais mal, tu n'aimes pas qu'il soit ainsi comme ça. Tu aimerais juste sentir sa main caresser ton bras, des mots doux, tout ce que tu voulais. Yavait pas de quoi espérer. Il ne t'aime vraiment pas. C'est un lâche qui abandonne beaucoup trop vite. Tu as mal au ventre, mal à la tête. Un vent passe, tu le sens quitter les lieux rapidement en prenant ses affaires. Tu n'oses le regarder, tu baisses le regard. Tu te sens tellement mal. Tu n'aurais jamais dû le voir, tu aurais du faire comme si tu ne l'avais jamais vu, rejoindre Kol et l'oublier. Oublier Niels pour toujours, il finira bientôt par par rejoindre ses belles new-yorkaises, ou d'autres filles. Il sait bien s'y faire ça de toute façon. Tu pleures, doucement, dans ton coin. Les gens te regardent, avec un peu de pitié, de tristesse. Des filles pleurent avec toi en buvant leur café, hésitent à te rejoindre sur le fauteuil. Tu soupires. Il faut que tu rejoignes Kol, il faut que tu rentres chez toi. C'est le seul endroit où tu te sentiras bien. Tu vas te mater un film, manger quelques trucs et puis tout s'oubliera après quelques sorties entre amies. Tout revient dans l'ordre. Si tu as réussi à l'oublier une fois, tu arriveras à l'oublier une deuxième fois. Tu y arriveras. Tu sèches tes larmes, te lèves rapidement, un regard déterminé. Tu sais maintenant ce que tu veux, c'est pas une dépression de quelques minutes qui va te faire faiblir. Quelques paroles de Kol est tout redeviendra comme avant. Seulement quand tu sors du lieu, ton sac aux épaules et tes cafés aux mains, tu ne peux t'empêcher de jeter un coup d’œil pour voir si Niels n'est pas dans les parages. Et il est là, juste quelques mètres, sur un banc, le visage caché. Et si tu allais le voir, juste cinq minutes? Non, non. Il ne veut plus te voir, vous deux c'est terminé. Mais tu ne peux pas, tu ne peux plus faire comme si de rien était et tu cours vers lui. Tu t'accroupis en face de lui, pour marquer la rapidité de tes actions. Et tout aussi spontanément que tu l'as fais jusqu'à maintenant, tu prends son visage et tu l'embrasses, passionnément, comme une folle, un baiser d'adieu. « Je t'aime Niels. » articules-tu avec vitesse. Un léger regard. Il ne veut plus te voir de toute façon. Tu as fais n'importe quoi. Tu regrettes tes actes, mais au moins tu n'as plus aucun remord et il sait ce que tu as sur le cœur. Maintenant tu pars, tu te lèves avec fragilité, tête baissée. Tu ne sais pas dans quel état tu seras auprès de Kol. Tu as juste besoin de lui. Tu as mal. Tu voulais tellement Niels.

_________________

Party girls don't get hurt can’t feel anything,
when will I learn I push it down, push it down.

✯ ABSENTE DU 15 AOÛT AU 28 AOÛT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niels Conroy

avatar

MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : mischievous wink.
PSEUDO : trouble ♢ charlotte.
♡ STATUT : accidentally in love.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Mar 29 Juil - 21:04


" running back through the fire when there's nothing left to say,
it's like chasing the very last train when it's too late. "

@ broken stringsjames morrison.
Tu décides de quitter la pièce, ne supportant plus la situation. Alwyn te dégoute, mais tu ne sais pas si c'est ta colère qui parle à place ou si ce sont de réels sentiments. C'est les montagnes russes entre vous et tu n'en peux plus. Tu veux qu'elle se décide, tu veux qu'elle sache enfin ce qu'elle veut. T'en as marre d'attendre qu'elle choisisse entre lui et toi. Ce n'est pas compliqué, c'est juste un nom à prononcer, des paroles ou des actes qui prouvent qu'elle veut être avec lui ou avec toi. Depuis le début de votre conversation, elle t'envoie des signaux contraires. Un coup, elle t'embrasse et la seconde d'après, elle te massacre en te parlant de Kol. Elle te perd, comme toujours. Tout ce qui la concerne est toujours trop compliqué. Au fond de toi, tu as peur de sa décision parce que tu sais que tu ne t'en remettras pas si elle ne te choisit pas. Tu lui en voudras pour l'éternité, comme une part d'elle te fera payer ton abandon pour l'éternité. Assis sur le banc, tu essaies de la relâcher la pression mais rien n'y fait, ta tête est toujours en train d'exploser. Tu lèves la tête et tu vois Alwyn s'avancer vers toi. Tu détournes aussitôt le regard. Si elle est venue pour te donner le coup de grâce, elle n'a qu'à partir. Tu ne veux pas l'entendre te briser le cœur encore et encore. T'as subi trop de choses aujourd'hui, allant du rire aux larmes en quelques secondes, en quelques mots de sa part. Elle s'accroupit devant toi et cherche à ce que tu la regardes. Sans que tu t'y attendes, elle t'embrasse avec fougue et passion. Tu poses ta main sur ta joue, emporté par tes émotions. Tu veux que ce baiser se prolonge pour toujours mais tu sens qu'elle se détache doucement de tes lèvres. « Je t'aime Niels. » Et elle s'éloigne. Tu la regardes partir, tu suis des yeux sa démarche, épouses ses formes avec ton regard. Qu'est-ce que tu fous Niels ? Qu'est-ce que tu fous ? Pourquoi tu ne vas pas la chercher ? Pourquoi tu restes là assis sur ton à rien faire ? Tu secoues la tête et te décides enfin à prendre ton destin en main. Tu as attendu des années pour ce moment, alors tu ne vas pas le gâcher. Pas cette fois. Tu rattrapes Alwyn et pose la main sur ton épaule. « Alwyn, attends ! » Et tu l'embrasses aussi passionnément que tout à l'heure. Tu la serres contre toi, tu veux sentir son corps le plus près possible du tien. Plus rien ne compte autour de toi pendant ce baiser, plus rien. Pas les gens qui suivent votre feuilleton depuis tout à l'heure, pas Kol, pas ces trois années séparées qui pèsent lourd sur votre relation. Vos lèvres se séparent. Tu enroules une mèche de ses cheveux autour de tes doigts. « Je t'aime aussi Alwyn Fitch. » C'est sincère, c'est franc, c'est la réalité. Une fois ces trois petits mots sortis, tu te sens incroyablement bien, tu te sens libéré d'un poids énorme. Alwyn sait ce que tu ressens maintenant, tu lui as enfin dit après toutes ces années passées à te mentir à toi même. « Reste avec moi s''il te plaît.. » Ça sonne comme une supplication et c'est tout ce que tu souhaites à l'heure actuelle. Tu veux qu'elle oublie Kol et tout le reste. Tu veux être l'unique homme de sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alwyn Fitch

avatar

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 13/07/2014
CREDITS : © Bombshell
PSEUDO : Stella.
♡ STATUT : in relationship w/Kol.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS:
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   Dim 3 Aoû - 18:04

Tu ne regrettes pas son abandon, au final. Rien n'aurait été pareil s'il n'était pas parti. Tu n'aurais jamais rencontré Kol, tu n'aurais jamais été cette femme rempli de confiance, tu n'aurais jamais été aussi déterminée et ambitieuse. Son départ t'a donné la rage d'être la personne que tu voulais être depuis toujours et non la personne éperdument amoureuse de lui. Aujourd'hui, tu te rends compte que tu pourrais être les deux à la fois. Tu te sens légère. Malgré les cris, les pleurs et quelques rires, tu lui as enfin avoué ce que tu avais sur le cœur. Tu l'aimes, plus que tout. Tu n'as aucun regret, tu sais maintenant son état d'esprit. Tu n'as plus à te faire des si, tout ça, c'est terminé. Après cette conversation, tu vas tourner la page. Kol, Niels, les deux. Tu ne sais pas encore. Mais revoir Niels t'a donné l'envie de changer, de casser cette routine où tu es pourtant bien. Tu lui rappelles une nouvelle fois combien tu l'aimes. Juste pour que ce soit clair, juste pour qu'une fois rentrée chez toi, tu sois sûre qu'il connaisse les sentiments que tu éprouves pour lui. Tu ne veux plus de sous-entendus, plus de tâche d'ombre. Comme il dit, l’ambiguïté ne vous a pas aidé dans votre jeunesse, elle vous a perdu, vous n'avez pas à faire les mêmes erreurs aujourd'hui, peu importe la relation que vous souhaitez entretenir. Tu lui adresses ce petit sourire d'au revoir, celui que tu n'as jamais pu lui offrir, parti trop tôt. Tu relâches la pression. Ça te fait mal de l'avoir vu énervé contre toi, de savoir qu'il ne voudra plus te parler à présent, mais au moins, au moins tu as réussi à tout lui avouer. Tu sers fort tes gobelets dans tes mains et part en direction de ton appartement d'une marche décidée. Cela doit bien faire trente minutes que ton petit-copain t'attend. Tu penses qu'il n'a pas remarqué ton absence, ou juste un peu. Il est trop inspiré en ce moment. Il passe des heures sur son ordinateur sans se rendre compte. Il peut partir des jours sans dire quoi que ce soit pour perfectionner ses articles. Faut dire il commence à se faire un nom, à être invité à des événements de plus en plus importants et à gagner un salaire plus que raisonnable. Il ne va pas tarder à faire une publicité télé ou une émission, tu sens l'offre venir en tout cas. « Alwyn, attends ! » Tu sens une poigne t'agripper l'épaule, tu sens ses bras t'entourer, ses lèvres s'accrocher aux tiennes. Un baiser passionné, plus encore qu'il y a quelques secondes. Tu te sers encore plus contre lui, tu t’agrippes à son cou, légère comme une plume. Tu es tellement bien. Tellement. « Je t'aime aussi Alwyn Fitch. » Tu sors un léger rire, un rire de soulagement. Tu ne veux plus vous engueulez. Tu sais ce que tu veux à présent. Tu veux lui, c'est une évidence, il a toujours été le seul. Rien qu'à voir dans quel état il te met. Tu colles ton cou au sien, sentant son souffle encore plus proche de tes lèvres. « Reste avec moi s''il te plaît.. » Un sourire niais reste accroché à tes lèvres, tu n'arrives à l'arracher. C'est comme ça, c'est incontrôlable. Tu es enfin bien. Soudainement, tu te vois main dans la main avec lui, dans un appartement calme et spacieux, en dehors de la ville, peut-être dans un État complètement différent. Tu veux le suivre dans ses aventures, l'accompagner dans ses projets. « Pour toujours Niels. Je ne veux qu'être qu'avec toi. » Et tu l'embrasses, une nouvelle fois, avec la fougue d'un amour nouveau, vif. On dirait deux adolescents qui se découvrent, qui viennent tout juste de sortir ensemble. Tu repenses à tout ce qu'on vous avait dit. Vous finirez ensemble. Et là, tu veux juste leur dire oui, tu ne veux plus cacher ce que tu ressens pour lui. C'est finit.

_________________

Party girls don't get hurt can’t feel anything,
when will I learn I push it down, push it down.

✯ ABSENTE DU 15 AOÛT AU 28 AOÛT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



◇◇◇

MessageSujet: Re: how can we do to be happy ? (r)   

Revenir en haut Aller en bas
 

how can we do to be happy ? (r)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Happy Gilmore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETTER LEFT UNSAID. :: Albuquerque, Bernalillo (NM) :: Bethany Lane :: Berries & Coffee-