AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 don't test my patience (côme)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marlow Waverly

avatar

MESSAGES : 332
INSCRIPTION : 14/07/2014
CREDITS : @porcelain, tumblr
PSEUDO : lily
♡ STATUT : d'un côté, les yeux bleus et le sourire charmeur. de l'autre, la longue chevelure brune et les lèvres douces.
≈ POST-IT : essayage robes de mariée pour la cliente — promener le chien — oublier la douceur de ses lèvres — ne pas succomber à la tentation qu'offre noam
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS: 54, bethany lane (loft)
HOOK-UPS:

MessageSujet: don't test my patience (côme)   Mar 15 Juil - 22:32

DON'T TEST MY PATIENCE
~ côme fitch, marlow waverly ~

Les talons de ses chaussures claquaient contre le béton, mais personne ne faisait attention à Marlow, sauf lorsqu’elle faillit se casser la figure contre le sol dur de la rue. Elle n’était pas habituée à ce genre d’accoutrements, mais la patronne l’obligeait à être plus propre, plus élégante — non mais regardez-vous, avec vos Converses délavées ; personne ne vous prendra au sérieux, jeune fille ! Marlow entendait encore sa voix nasillarde, ce ton autoritaire qu’elle devait écouter chaque jour lui hurler des ordres sans queue ni tête. Elle laissa échapper un soupire en imaginant les hurlements qui l’attendraient si elle ne réussissait pas sa mission du jour : convaincre cet idiot de musicien de jouer pour le mariage des Meyers.
Pourquoi avait-il fallu qu’elle lui lance ce stupide mensonge ? Elle se revoyait lui assurer que Côme serait présent, guitare à la main et sourire aux lèvres. Mais Monsieur avait décidé de faire de sa vie un enfer en refusant catégoriquement de leur prêter main forte pour cette journée que les journaux spécialisés annonçaient déjà comme l’évènement de la saison qu’il ne fallait absolument pas rater.
Marlow jeta un nouveau coup d’œil au bout de papier qu’elle tenait entre ses doigts. Elle ne devait plus être bien loin. Tournant les talons dans une rue adjacente, elle ne put s’empêcher de lancer une exclamation de joie en reconnaissant l’adresse inscrite sur le post-it. Ses pas la menèrent jusqu’à un immeuble qu’elle gravit, mais pas avant d’avoir retiré ses fichues chaussures de ses pieds endoloris.
La blonde s’arrêta devant la porte mais ne fit pas un geste pour manifester sa présence. Voilà qu’elle se sentait apeurée de rencontrer le musicien ; que lui arriverait-il s’il lui claquait la porte au nez ? Elle ne pouvait décemment pas retourner à l’agence les mains vides. Et surtout pas sans guitariste.
Dans un élan de courage, Marlow prit une grande respiration et frappa quelques coups contre le bois.

_________________
it must be
sometimes i hate every single stupid word you say. sometimes i wanna slap you in your whole face. there's no one quite like you, you push all my buttons down. i know life would suck without you. @ ALASKA.


Dernière édition par Marlow Waverly le Mer 16 Juil - 9:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Côme Fitch

avatar

MESSAGES : 141
INSCRIPTION : 14/07/2014
CREDITS : charney.
MULTICOMPTES : nop.
PSEUDO : spf(roxane)
♡ STATUT : délaissé.
≈ POST-IT : //run you clever boy, and remember me.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS: 15, bethany lane.
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: don't test my patience (côme)   Mar 15 Juil - 23:01

You see, why does it feel so good?
So good to be bad
'Cause if it's trouble that you're looking for
Oh baby, here I am "

© bad
Dans toutes les pièces résonnait un bruit. Un seul. Toujours le même, en boucle. Tout était très calme, en dehors de ce bruit. L'appartement semblait lui aussi se reposer dans ce silence. Le salon était retourné. Une dizaine de bouteilles de bière vides décoraient aussi bien la table du salon, qu'une dizaine de bibelot. Un cendrier avec, au milieu une multitude de cadavres de cigarettes. Pas que de cigarette d'ailleurs. Le seul bruit qui se joignait au bruit sourd répétitif était celui de l'aiguille de l'horloge qui indiquait maintenant 11H30. Dans la cuisine se trouvaient plusieurs cartons de pizza vides, eux aussi. Et encore des bières. Revenons à ce bruit du départ, dont on se rapproche au fur et à mesure qu'on découvre les pièces une par une. Ce bruit si fort, si lourd, pesant, qui revenait sans cesse comme le refrain d'une chanson provenait de la respiration pénible de Côme. Des ronflements, oui, c'est bien ça. Allongé, la bouche ouverte, le drap le couvrant à peine, il se remettait lentement de la soirée non pas arrosée, mais enfumée qu'il avait passé. Quand soudainement, une main sembla frapper à la porte. Côme ouvrit lentement ses yeux, prenant son temps, sans se préoccuper de la personne qui attendait à l'entrée de son appartement. Il tourna sa tête vers son chevet et attrapa d'une main lourde son portable. Voyant l'heure, il sauta du lit d'un bon et couru à la porte de sa chambre. Néanmoins, il s'arrêta sèchement face au spectacle qui s'offrait à ses yeux. Il écarquilla ses derniers face aux déchets et à l'état de son appartement qu'il avait pourtant l'habitude de voir complètement niquel. La personne frappa, de nouveau, semblant s'impatienter. Côme enfila le premier jogging qui passait et passa une main dans ses cheveux emmêlés. Une main qu'il eut beaucoup de mal à faire passer entre les nœuds. Il se dirigea précipitamment à la porte et ouvrit. C'est alors torse nu, décoiffé, pas lavé, à peine réveillé et avec un appartement comparable à un chantier, qu'il ouvrit la porte à Marlow. Il fronça les sourcils, se remettant les idées en place. Marlow, oui, elle l'avait trouvé pour jouer à un mariage il y a quelques temps et il y a peu, l'avait rappelé. Côme observa le regard froid de la demoiselle, ne comprenant pas ce qui lui valait des yeux aussi noirs. Puis, avec un peu d'efforts, il se rappela. Il l'avait complètement envoyer balader au téléphone lorsqu'elle lui avait proposé à nouveau de jouer à un mariage. Il grimaça alors, décontenancé face à cette situation. « Bonjour.. » Il s'écarta alors de l'entrée afin de laisser passer la belle blonde, lui laissant aussi l'entière vue de son appartement bordélique.

_________________
A scub is a guy that thinks he's fly And is also known as a bastard. Always talkin' about what he wants and just sits on his broke ass. "
© no angels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlow Waverly

avatar

MESSAGES : 332
INSCRIPTION : 14/07/2014
CREDITS : @porcelain, tumblr
PSEUDO : lily
♡ STATUT : d'un côté, les yeux bleus et le sourire charmeur. de l'autre, la longue chevelure brune et les lèvres douces.
≈ POST-IT : essayage robes de mariée pour la cliente — promener le chien — oublier la douceur de ses lèvres — ne pas succomber à la tentation qu'offre noam
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS: 54, bethany lane (loft)
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: don't test my patience (côme)   Mer 16 Juil - 9:57

DON'T TEST MY PATIENCE
~ côme fitch, marlow waverly ~

Une petite voix dans son esprit l’encouragea à prendre la poudre d’escampette mais Marlow secoua la tête de gauche à droite ; pas question qu’elle s’en aille sans avoir vu le jeune homme. Elle se devait d’essayer de le convaincre, même si elle se doutait déjà qu’il resterait sur sa décision initiale. Marlow n’était pas du genre convainquant, surtout lorsqu’elle commençait à s’énerver. Ses joues rebondies prenaient alors une couleur rouge écarlate et à son plus grand désarroi, ses mots s’embrouillaient sans qu’elle ne puisse rien y faire, sinon amuser la galerie.
Un bruit de serrure ramena la blonde à la réalité et elle ne bougea plus, les traits tirés, prête à faire face au musicien. Elle ouvrait déjà la bouche pour expliquer les raisons de sa venue ici, mais la vue que lui offrait Côme la rendit muette de stupeur.
Marlow ne savait pas comment réagir face à une telle situation. Elle s’était imaginée toute autre chose, et surtout pas un homme à moitié habillé au regard embrumé par la fatigue. Ses yeux bleus se posèrent instinctivement sur ce torse nu, légèrement velu mais bien bâti.
La jeune femme se gifla intérieurement ; son comportement n’avait rien de professionnel et elle ne s’était pas rendue jusqu’à cet appartement par simple courtoisie. Se ressaisissant, Marlow prit son courage à deux mains et fit face à Côme, dont la grimace ne pouvait signifier qu’un embarras certain. Comme toute réponse à son salut, elle lui offrit un sourire, peu convainquant et pas très amical, non plus.
Elle entra dans l’appartement lorsqu’il lui laissa la voie libre et dût faire des efforts considérables pour retenir la toux qui lui venait. Une odeur de fumée l’envahit et elle ferma les yeux un instant ; mauvaise idée. Elle trébucha sur le cadavre d’une bouteille de bière et poussa un faible juron à l’encontre de la personne qui avait laissé ça par terre.
Marlow essaya de ne pas faire attention au reste de l’appartement qui, visiblement,  était dans un état bien déplorable. Une envie soudaine de faire un brin de nettoyage lui passa par l’esprit mais elle se tourna plutôt vers Côme, resté prêt de l’entrée. La jeune femme s’éclairci la gorge avant de prendre la parole d’une voix enrouée, comme si elle avait fumé toutes les cigarettes se trouvant sur la table à ses côtés.
— Je suppose que vous savez pourquoi je suis ici, commença-t-elle en levant des yeux incertains sur le musicien. J’ai besoin que vous reconsidériez l’offre de l’agence pour le mariage.
Marlow avait pris cet air condescendant qui ne lui ressemblait absolument pas. Ses mots auraient pu sortir de la bouche de sa patronne, mais aujourd’hui, il fallait qu’elle se comporte comme la boss ; peut-être que Côme y serait plus sensible. Peine perdue, ma jolie, murmura la même voix dans son esprit.

_________________
it must be
sometimes i hate every single stupid word you say. sometimes i wanna slap you in your whole face. there's no one quite like you, you push all my buttons down. i know life would suck without you. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Côme Fitch

avatar

MESSAGES : 141
INSCRIPTION : 14/07/2014
CREDITS : charney.
MULTICOMPTES : nop.
PSEUDO : spf(roxane)
♡ STATUT : délaissé.
≈ POST-IT : //run you clever boy, and remember me.
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS: 15, bethany lane.
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: don't test my patience (côme)   Jeu 17 Juil - 10:31

You see, why does it feel so good?
So good to be bad
'Cause if it's trouble that you're looking for
Oh baby, here I am "

© bad
Côme savait très bien pourquoi la demoiselle se présentait chez lui, habillée ainsi alors qu'il l'avait toujours vu en chaussures plates, et portant un regard aussi sérieux. Il n'avait même pas besoin de poser la question. Lorsqu'elle entra dans son appartement, Côme observa attentivement les réactions de la demoiselle. Un sourire en coin de dessina sur son visage alors qu'il lisait le dégoût sur le moindre centimètre de visage de la jeune femme. Il est vrai que même lui ressentait ce sentiment en voyant l'état de son logement. Mais à vrai dire, c'est plus de la peine qu'il ressentait face à cette crasse qu'il allait devoir nettoyer. Véritablement, son appartement lui faisait beaucoup de peine, oui. Côme ne sentait même plus l'odeur de la fumée, l'ayant respiré pendant des heures et heures. Si les flics passaient dans son appartement, ils comprendraient certainement que le jeune homme n'est pas qu'un petit consommateur de drogue. En effet, plusieurs indices étaient présents. Des restes de pétards, des feuilles slim, des toncars fais mais jamais utilisés. Quelques pochons vides aussi, qui dégageaient une odeur forte d'herbe lorsqu'on les ouvrait. Côme se foutait clairement de laisser tout ce matériel à la vue de Marlow puisque l'avis des autres ne le préoccupait plus. « Je suppose que vous savez pourquoi je suis ici. » Côme hocha la tête et s'avança, fermant la porte derrière lui. « J’ai besoin que vous reconsidériez l’offre de l’agence pour le mariage. » Le jeune homme se racla la gorge et s’éclipsa dans la cuisine, d'où Marlow pouvait le voir ouvrir le réfrigérateur. « Vous voulez quelque chose à boire? » dit-il, alors qu'il prenait une des dernières bières se trouvant dans son frigo. Il observa ce qui restait comme boisson, réfléchissant à ce qu'il pouvait offrir à boire à Marlow. Il restait une canette de coca et une bouteille de jus de fruit, seulement. « J'ai... de la bière, du coca et du jus de fruit. » à vrai dire, si le coca et le jus de fruit étaient présents ils ne l'étaient seulement que pour être bus avec de l'alcool. Le coca pour le whisky, le jus d'orange avec la vodka. Mais Côme se garda de le proposer à la demoiselle même si à ce moment, elle aurait bien eu besoin de quelque chose pour se détendre. Côme la comprenait. Il était très bien conscient du changement qui s'était opéré dans sa vie, dans son caractère et dans sa façon de vivre. Il n'avait pas habitué Marlow à un tel comportement de sa part. Et il était normal qu'elle puisse être sur la défensive en arrivant dans un tel endroit de débauche.

_________________
A scub is a guy that thinks he's fly And is also known as a bastard. Always talkin' about what he wants and just sits on his broke ass. "
© no angels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlow Waverly

avatar

MESSAGES : 332
INSCRIPTION : 14/07/2014
CREDITS : @porcelain, tumblr
PSEUDO : lily
♡ STATUT : d'un côté, les yeux bleus et le sourire charmeur. de l'autre, la longue chevelure brune et les lèvres douces.
≈ POST-IT : essayage robes de mariée pour la cliente — promener le chien — oublier la douceur de ses lèvres — ne pas succomber à la tentation qu'offre noam
◇◇◇

Feuille de personnage
LIVING ADRESS: 54, bethany lane (loft)
HOOK-UPS:

MessageSujet: Re: don't test my patience (côme)   Dim 20 Juil - 9:46

DON'T TEST MY PATIENCE
~ côme fitch, marlow waverly ~

Il semblait évident qu’une buverie s’était produite à cet endroit-même la nuit dernière. Les bouteilles, cigarettes et encore d’autres objets que Marlow n’arrivait pas à identifier à l’instant en étaient bien la preuve. Une nouvelle grimace traversa le visage pâle de la belle et elle resta au milieu de la pièce sans bouger. Ses mains entremêlées devant elle témoignaient d’une nervosité dont Marlow ne pouvait guère se séparer. Dans un sens, elle rencontrait ce genre d’émotions à chaque fois qu’elle se trouvait dans la même pièce que sa patronne. Les dents qui mordillent les lèvres, la main qui jouent avec la bague qu’elle porte au doigt, les lèvres tirés et les sourcils froncés ; tout y était.
Elle observa une nouvelle fois Côme, en se gardant toute fois de poser les yeux sur son torse-nu. Elle avait espéré qu’une fois dans son appartement, il aurait pensé à enfiler quelque chose ; cela lui aurait évité de rougir à chaque fois qu’elle se tournait vers lui.
Côme hocha la tête à ses paroles mais ne prononça pas un mot en retour. Marlow le suivit du regard et leva les yeux au ciel en le voyant s’éclipser dans la cuisine. Comment avait-elle pu croire que la rencontre se passerait bien ? Il lui était évident maintenant que le musicien n’allait pas céder à ses demandes, même avec la voix autoritaire et froide qu’elle avait empruntée à sa patronne – quelle idiote elle faisait.
Tout en se penchant sur son frigo, Côme lui proposa quelque chose à boire et Marlow soupira. Il ne lui rendait pas la tâche facile. Le musicien s’ouvrait déjà une bouteille de bière – juste après s’être levé ? – et se tourna vers la blonde en attendant une réponse.
— Un simple verre d’eau, merci, lâcha-t-elle de sa voix habituelle.
Déjà désespérée, Marlow profita de cet instant pour s’installer à table. Elle prit garde à retirer les quelques mégots de cigarette sur la chaise avant de s’y asseoir. La table eut également droit à un poil de nettoyage, si l’on pouvait appeler ça comme ça. Elle sortit un mouchoir de son sac et entreprit d’éloigner le plus loin possible les restes de la beuverie de Côme. Marlow se doutait que cette attitude en faisait rire plus d’un – peut-être même que le musicien en riait aussi en la voyant faire – mais elle supportait difficilement la saleté, encore moins ce genre de crasse.
— Est-ce que vous avez pensé à faire venir quelqu’un pour nettoyer tout ça ? demanda-t-elle en levant une nouvelle fois les yeux sur l’appartement. J’imagine que vous devez être débordé, avec votre emploi du temps de musicien.
Marlow n’imaginait pas une seconde que l’on puisse laisser sa propre maison dans un tel état. Jamais son appartement n’avait ressemblé à celui-ci ; elle faisait en sorte que le ménage soit fait au moins une fois par semaine. La poussière, peu pour elle.

_________________
it must be
sometimes i hate every single stupid word you say. sometimes i wanna slap you in your whole face. there's no one quite like you, you push all my buttons down. i know life would suck without you. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



◇◇◇

MessageSujet: Re: don't test my patience (côme)   

Revenir en haut Aller en bas
 

don't test my patience (côme)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouveau test de répartition
» Mélanie passe le test HIV (pv Guillaume et un autre médecin)
» Test : qui est ton idole...
» Le langage des fleurs... Petit test...
» Etes-vous attentifs aux autres ??? Petit test...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BETTER LEFT UNSAID. :: Albuquerque, Bernalillo (NM) :: Bethany Lane :: Residential Area-